N°1 : PREMIÈRES

alice-guy

« Parmi les 611 journalistes qui ont écrit au moins 1 critique entre Mai 2018 et Avril 2019, 37% sont des femmes. En comparaison, 43% des journalistes enregistrés en France sont des femmes. »

Collectif 50×50

Depuis 2018, le podcast Sorociné déconstruit le cinéma à travers un point de vue féministe et inclusif, interrogeant sans cesse les stéréotypes de genre et d’identité véhiculés par les images, tout en questionnant la place des femmes et des minorités au sein de l’industrie cinématographique.

L‘absence de femmes de plus de 50 ans sur nos écransla censure, mais aussi l’importance des costumes ou encore du rôle de directrice de la photographie, sont autant de thématiques abordées au fil de nos épisodes.

Une revue féministe et cinématographique

Désormais association, Sorociné cherche à prolonger ces réflexions à travers un format papier, permettant ainsi de croiser les sujets de cinéma et de féminisme tout en redonnant une place centrale aux journalistes femmes, cis, trans et non-binaires. Constatant un réel manque au sein d’une presse spécialisée majoritairement masculine, Sorociné lance ainsi son propre magazine de cinéma.

Pour son lancement, une thématique aussi vaste que symbolique : PREMIÈRES

L’idée, c’est de continuer le geste entamé avec le podcast, et de mettre ainsi en valeur la création cinématographique par le biais des questions féministes, progressistes et inclusives. A travers nos nombreuses pages, nous espérons ainsi aborder le cinéma des premiers temps et les oublié‧e‧s de l’Histoire du cinéma, faire de longs entretiens avec des techniciennes qui fabriquent le Septième Art, des analyses de films et des sujets variés autour de cette thématique de Premières. Et bien d’autres surprises encore.

Marita Amour, l’illustratrice qui nous accompagne depuis les premiers jours, ornera les pages avec de nombreuses illustrations et transformera cette revue en un bel objet.

Un premier numéro auto-financé

Sorociné est une association totalement indépendante qui n’a aucune source de revenu. Depuis deux ans Sorociné est auto-financé et n’a jamais fait appel aux publicités ou à la monétisation.

Par ailleurs, nous croyons fortement que le financement participatif permet aux idées de celles et ceux qui n’ont ni le carnet d’adresses, ni les moyens de lancer des projets coûteux et engagés de voir le jour. Tout comme l’appel à sujets, le financement participatif, est une manière de sortir d’un cercle défini, où les plus favorisé·e·s ont également le monopole de la création.

La campagne de financement participatif lancée sur Kiss Kiss Bank Bank au début de l’année 2021 a été un franc succès, atteignant largement l’objectif des 10 000 euros, qui permettra à Sorociné de mieux rémunérer l’équipe ainsi que d’envisager un second numéro de la revue.

Sortie prévue : mai 2021

Amandine Dall’omo

Rédactrice en cheffe adjointe de Sorociné